Portrait d'Antoine Doury

Réseau des diplomés

« Se présenter aux prochaines élections municipales de la ville de Biarritz »

Antoine Doury

Antoine Doury

Antoine Doury, 34 ans, chef d’entreprise décide de se lancer dans une aventure politique qui, il l’espère, le mènera à la mairie de Biarritz en 2014. Voici son portrait:

A 18 ans, titulaire d’un bac S, Antoine décide de déposer son dossier auprès de Paris Dauphine et de Saint Cyr. Accepté aux deux, il fait le choix de la curiosité, de l’action qui le mènera, il l’espère, à partir à l’étranger et intègre l’école de Saint Cyr. Il a le goût du challenge. Sa première année dans cette école l’emmène dans un environnement qui est aux antipodes de son environnement d’ origine. « C’est un milieu élitiste où l’on nous teste. Je dois m’adapter au rythme militaire et faire mes preuves. Cette prépa en économie nécessite que je comble mon retard dans cette matière le plus rapidement possible pour ne pas être largué.» « C’est une année, où j’ai pu tester ma résistance à l’effort. Ce, qu’il s’agisse du domaine physique ou du domaine intellectuel. » Antoine a de quoi être fier de lui, car si la classe se composait de 37 élèves au début de l’année, elle n’en a plus que 22 à la fin et grâce à ses efforts, il se retrouve dans le peloton de tête. Ceci étant, même s’il reconnait que cette année lui a beaucoup apporté, il n’est pas totalement à l’aise dans cet environnement et se donne l’été pour réfléchir à la suite. C’est en échangeant avec un de ses amis, qui a suivi des études de droit qu’il constate que cette filière peut lui apporter ce qu’il recherche. C’est ainsi qu’il s’inscrit en première année à l’Université de Poitiers. L’intérêt qu’il porte à certaines matières dont le droit constitutionnel et le stage qu'il effectue auprès du Ministre Chevrette au Québec avant d'entamer de sa 3éme année de droit, lui confirme qu’il a fait le bon choix. En effet, ce stage lui permet d’observer, pendant une période de trois mois, les actions de ce ministre qui, en ses 26 ans de carrière, a œuvré pour différents ministères dont le ministère d'État au développement des régions, celui des affaires municipales, celui responsable de la Réforme électorale mais aussi le ministère responsable du développement des régions, des affaires autochtones, des ressources naturelles, des transports, celui responsable de la Faune et des Parcs, etc... Puis, les années s’égrainent jusqu’à l’obtention de sa maitrise de droit privé et décide de compléter sa formation par un master en intelligence économique. Il se passionne pour la protection du patrimoine informationnel de l’entreprise car il touche à l’espionnage industriel. Pendant cette année là, il a l’occasion de travailler chez Carrefour Europe et chez France 3 National pour réaliser un reportage. Mais, ce qui lui plait le plus est d’animer un atelier auprès du MEDEF où il compare la législation française et américaine en matière de protection contre l’espionnage industriel. A la fin de son année et bien qu’il ait trouvé ces expériences très enrichissantes et intéressantes, il ne trouve que peu d'opportunités pour pratiquer et appliquer ses compétences. Il décide donc d’élargir son champ de recherche. En attendant que le vent tourne, il propose ses services au bar où il boit régulièrement son café. « C’est ainsi que j’en suis venue à préparer des desserts dans une brasserie parisienne avec mon bac +5. » « J ai été flatté lorsqu’on m’a proposé un CDI mais en même temps frustré qu’on ne me donne pas ma chance dans mon domaine de compétences. N’étant visiblement pas à ma place, je suis parti faire une coupure sur la côte basque et je m’y suis finalement installé. » Comme de nombreux jeunes, ne trouvant pas de travail en rapport avec son domaine de compétences, Antoine décide de s’adapter au contexte. Malgré ses qualifications, il travaille donc dans la logistique sans rechigner à faire de la saisie et de la livraison chez DHL la semaine et comme barman le week end. Mais, le bar ferme et DHL, chez qui Antoine a pourtant fait ses preuves, refuse de lui donner de nouvelles responsabilités. Un de ses clients, un bureau de recrutement de Bayonne, lui propose alors un poste. Il l’accepte, le milieu du recrutement lui plait mais il n’y reste pas très longtemps. Ce premier échec l’amène à se remettre en cause. Il décide alors de partir à l'étranger afin de s'enrichir de nouvelles expériences et compétences. A défaut de pouvoir exercer une activité aux Etats Unis, il part en Angleterre. En 10 jours, il passe plusieurs entretiens. Le dernier se passe chez First Pharma People, une entreprise de recrutement qui se spécialise dans les essais cliniques en milieu pharmaceutique, qui l’embauche pour un salaire très correct. Enfin, il peut faire ses preuves. Et ça marche, car il est bien souvent placardé au mur de l’entreprise comme l’employé du mois. Ceci étant, la France lui manque et il a du mal à comprendre que cette entreprise basée à Londres travaille sur le marché français. Il s’interroge sur la création d’une structure de recrutement de spécialistes travaillant dans des niches dont « Londres » ne s’occupe pas. «  J’ai donc pris le temps de mes vacances pour y réfléchir, construire le projet et j’ai décidé de me lancer. C’est comme ça que ma boite voit le jour au 1er septembre 2008. Voilà 5 ans qu’elle tourne. J’ai beaucoup aimé la période de création. Depuis deux ans, une stabilité s’est installée. J’ai donc eu envie de consacrer plus de temps à ce qui est important à mes yeux: mettre mes compétences et ma jeunesse au service de l’avenir de ma ville. J’ai donc écouté mon cœur et me suis lancé dans ce beau projet de devenir maire. »
« Si j’ai un conseil à donner à de jeunes étudiants, je dirai qu’il faut être curieux, s’adapter et avoir envie. Il y a toujours de la place pour les gens qui ont l’envie et qui se donnent les moyens de réussir. »


Adeline Nourisson

Publié par Adeline Nourisson

Dernière mise à jour le 18 juin 2014


Recherche d'un article


Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - TSA 71117 - 86073 POITIERS Cedex 9 - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50 - webmaster@univ-poitiers.fr