Portrait d'Olivier Santraine

Réseau des diplomés

Parcours d'un passionné

Olivier Santraine

Olivier Santraine

Parcours d’un passionné

Olivier Santraine est actuellement doctorant à la faculté de Droit de Poitiers et attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’IUT GEA. S’il a choisi le droit par curiosité, c’est par passion qu’il a franchi toutes les étapes jusqu’à ce poste.

 

A l’écouter parler de son parcours universitaire dans le domaine du droit, on sent Olivier Santraine véritablement animé par la passion du droit et plus particulièrement pour celui qui touche au domaine agricole. Cette appétence s’est construite au fil du temps jusqu’au poste d’ATER qu’il occupe aujourd’hui à l’Université de Poitiers en tant que doctorant. Son emploi du temps est partagé entre les cours qu’il donne à l’IUT GEA en droit des contrats et en droit de la protection sociale et ses travaux de recherche en thèse. Son sujet : "Les enjeux juridiques [de la culture et de la mise sur le marché] des OGM".

Originaire du nord de la France son parcours aurait pu être tout autre. « En effet, après la terminale, je voulais m’inscrire en licence de philosophie. Mais le professeur, qui m’avait donné le goût pour cette matière, m’a conseillé de m’orienter vers le droit. Il avait perçu en moi certaines dispositions à la règle et au juridique. » Il suivra son conseil. Après une licence de droit à l’Université de Douai, il enchaîne sur un Master1 en Droit privé pour se spécialiser en Master 2 en Droit du contrat et de l’entreprise.

Diplômes en poche, à l’heure du choix professionnel, Olivier a hésité entre s’inscrire à l’Institut d’Etudes Judiciaires pour devenir avocat ou poursuivre dans la recherche. Son souhait de satisfaire sa curiosité intellectuelle pour le droit rural l’a déterminé à se diriger vers la seconde option. « Beaucoup d’exceptions du droit des affaires relèvent de la matière agricole. Il me semblait important d’explorer ce domaine. Et sachant que je n’exclus pas d’embrasser à terme la carrière d’avocat, cette spécialisation sera un véritable atout si un jour je passe la robe. »

C’est à l’Université de Poitiers qu’il a trouvé la thématique souhaitée : Master 2 Droit de l’activité agricole et de l’espace rural. Il y a développé un mémoire sur "les moyens juridiques pour interdire [la culture] d’OGM". Un travail qui lui a permis, lors de sa poursuite en Doctorat, de décrocher un contrat doctoral auprès de la Région Poitou-Charentes pour continuer ses travaux en droit sur les OGM. L’objet de sa thèse actuelle est « de sortir d’une vision manichéenne concernant les enjeux juridiques vis-à-vis des OGM et d’avoir une approche plus au cas par cas », précise le doctorant.

Si le travail de chercheur peut parfois être solitaire, Olivier Santraine ne s’enferme pas dans cet isolement. Il préside une association de doctorant dénommée Thesa Nostra, dont l’objet est d’organiser des événements festifs et scientifiques. Conscient de cette nécessité de ne pas évoluer seul, lorsqu’Olivier est amené à donner des conseils à des jeunes étudiants qui seraient intéressés de suivre un cursus en droit, il n’hésite pas à mettre en avant l’importance du réseau : « Avant de s’engager dans un parcours universitaire, il est essentiel de se renseigner auprès des anciens étudiants sur les opportunités qu’offre tel ou tel diplôme. Ensuite, pour être sûr de ne pas faire fausse route, il est essentiel de mettre en corrélation les offres universitaires avec son projet professionnel. »

En ce qui concerne le sien, Olivier se donne encore un an pour finaliser sa thèse. S’il ne tient pas pour le moment à s’exprimer sur son avenir, plusieurs débouchés s’ouvrent toutefois à lui : avocat, maître de conférences, consultant…


Philippe Quintard

Publié par Adeline Nourisson

Dernière mise à jour le 18 juin 2014


Recherche d'un article


Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - TSA 71117 - 86073 POITIERS Cedex 9 - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50 - webmaster@univ-poitiers.fr