Portrait de Clément Bourasseau

Réseau des diplomés, Entreprises et partenaires

« Pour décrocher cet emploi, mon année par apprentissage a joué un rôle majeur, c’est quelque chose qui interpelle, que l’on retient. »

clément Bourasseau

clément Bourasseau

Après un Bac ES, Clément Bourasseau s’intéresse au domaine du Droit. « Je savais que l’Université de Poitiers était réputée, alors je suis venu étudier ici », raconte Clément. Il prépare donc une licence en Droit Public. En parallèle, il suit le Diplôme Universitaire de Sciences Criminelles, qui le conforte dans son choix de poursuivre en droit public. « Suite à cela, je me suis dis : quoi faire après ? », précise Clément.

Intéressé par la fonction publique, Clément décide de préparer les concours administratifs. Il se dirige donc vers un M1 Droit Public – Administration Publique au sein de l’Institut de Préparation à l’Administration Générale de Poitiers. Il effectue également en parallèle un stage d’expérimentation facultatif au sein du service ‘’Marchés Publics’’ du Conseil Général de la Vendée. A la suite du M1, Clément se renseigne pour réaliser son M2 Droit et Administration Publics en apprentissage. « A partir de là, j’ai commencé à chercher une entreprise. J’ai prospecté un peu partout, et puis deux recruteurs m’ont proposé un entretien, la ville de Poitiers et la Région Poitou-Charentes ». Clément choisit alors la ville de Poitiers, la première à lui avoir répondu favorablement, et signe son contrat d’apprentissage. « Pendant un an, j’ai pu m 'immerger dans la peau d'un attaché territorial, c’était vraiment formidable. Il y avait quelques différences entre mes missions professionnelle et mon cursus, mais au contraire, c’est ce qui m’a permis de me diversifier » précise t-il. Pendant cette année en apprentissage, Clément alterne deux semaines en entreprise, suivies de deux semaines en formation. « Pour moi et mon maître d'apprentissage, c’était vraiment un rythme d’alternance idéal, car je pouvais suivre les missions que j’avais entrepris sans m’en éloigner. Il y avait un bon fil rouge » explique Clément. « L’apprentissage est une réelle expérience professionnelle, témoigne Clément, puisqu’on nous demande rapidement de devenir autonome, tout en étant recadré si besoin. C’est très formateur ».  A la fin de son contrat d’apprentissage, Clément ne se voit pas proposer d’offre d’emploi. « Il n'y avait pas de conversion en CDD possible, comme c'est le cas dans la plupart des apprentissages, mais comparé à certains de mes camarades qui n’étaient pas apprentis, j’ai pu bénéficier des allocations chômage et j’ai donc pu garder mon logement et ma vie sociale ! Ce qui m’a permis de me rendre entièrement disponible pour prospecter et rechercher un emploi », raconte Clément. Clément ne restera que deux mois au chômage avant d’être recruté par la Région Poitou-Charentes en tant que vacataire, en renfort dans ses services. « Pour décrocher cet emploi, mon année par apprentissage a joué un rôle majeur, c’est quelque chose qui interpelle, que l’on retient. Et puis il ne faut pas oublier que ça permet également de se créer un réseau et de se faire des contacts. C’est important » précise t-il. A la question suivante : Si tu devais donner un conseil aux étudiants qui voudraient s’orienter vers l’apprentissage, que leurs dirais-tu ?, Clément réponds : « Je dirai qu’il ne faut pas attendre d’être inscrit administrativement dans une formation pour prospecter les entreprises. Il faut s’y prendre en amont et anticiper car les offres sont faites très tôt ».

Champagne Camille

Publié par Adeline Nourisson

Dernière mise à jour le 18 juin 2014


Recherche d'un article


Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - TSA 71117 - 86073 POITIERS Cedex 9 - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50 - webmaster@univ-poitiers.fr