Portrait de Romuald Pignon

Réseau des diplomés

"Saisir les opportunités et entretenir son Réseau."

Credit Romuald Pignon

Credit Romuald Pignon

Romuald, nous raconte : « en terminal ES, je ne savais toujours pas quoi faire de ma vie. Et puis il y a eu le forum des étudiants. Les différentes filières y étaient présentées. Je me suis dirigé vers le stand de droit. J’ai trouvé cela intéressant. Je me suis alors dit que comme c'était une filière où je ne connaissais absolument rien, il y avait des chances pour que j’y apprenne de nouvelles choses. » Cependant, connaissant son engouement pour le bachotage, Romuald doutait de sa capacité à suivre le rythme. Alors il a poursuivi ses recherches et s’est tourné vers la filière droit mais mention AES (Administration Economique et Sociale) regroupant « en gros » 1/3 de droit, 1/3  d’économie et de comptabilité, et 1/3 que Romuald qualifie d’ "autres" (démographie, sociologie et psychologie sociale...). C’est ainsi qu’il se décide à se lancer dans cette filière. Il ne savait pas encore ce qu’il ferait après l'Université, mais il était satisfait de voir qu'à court terme il avait déjà une orientation possible.
Romuald confie que « cette formation est vraiment intéressante, pluridisciplinaire, et pour une université, on y est vraiment bien encadré. Les enseignants sont pour la majorité très présents, et parfois même enseignent avec une certaine originalité. En effet, sur certaines présentations, ils nous incitaient à y mettre notre brin de folie. C'était vraiment agréable! J’ai beaucoup apprécié de ne pas être livré à moi-même face à l'inconnu. » C'est une filière que Romuald ne peine pas à recommander aux étudiants qui ne sauraient pas vraiment quoi faire, ou à ceux qui veulent tenter les concours administratifs. Il précise qu’il y a tout de même un inconvénient à cette formation. Selon lui, sa pluridisciplinarité ne permet pas d’avoir une qualification spécialisée. Or, cela peut être problématique pour trouver un travail.
Suite à l’obtention de sa maitrise en droit AES option AGE (Administration et Gestion des Entreprises), Romuald saturait un peu des cours. «  J’ai donc décidé de prendre une année sabbatique. C’est dans ce cadre que j’ai trouvé un stage de 4 mois au Québec. Afin de pouvoir l’effectuer  j’ai dû m'inscrire en M1 Droit Sanitaire et Social. »
Suite à cette expérience au Québec, Romuald rentre en France et comme le M1 n'est pas un diplôme reconnu, j’ai  entrepris un master 2.
C’est Mme Aguilar, enseignante en comptabilité d'AES, avec qui  Romuald a gardé contact, qui l’informe qu'un nouveau master s’est ouvert soit le Master Entreprises et Développement Durable. Sensible au développement durable, Romuald décide de postuler. Il est pris et obtient le master. « Ce master était très intéressant, car il ne faisait pas intervenir que des enseignants mais aussi beaucoup de professionnels. Cela nous a permis d'avoir différents points de vue sur notre futur métier. Après, cela reste un master de mise en place, il y avait beaucoup de points oubliés. »
Aujourd'hui, Romuald occupe un poste de chargé de mission Redevance Spéciale pour la Communauté de Communes du Pays Loudunais. Il s’explique : « Pour résumer, la Redevance Spéciale correspond au paiement par le producteur de déchets non ménagers (entreprise, administration et association) de la prestation de collecte et de traitement effectuée par la Collectivité. Plus le volume de déchets que nous collectons chez le professionnel est important, plus le montant de la Redevance Spéciale sera important. Donc je travaille dans les déchets. A première vue, on peut en déduire que grâce à ma formation j’ai trouvé du travail dans le développement durable, mais en fait nous n'avons jamais eu de cours sur les déchets pendant le M2», plaisante Romuald.
Pour ce qui est des jeunes qui ne savent pas trop ce qu’ils veulent fait, Romuald conseille « de se lancer dans une filière qu'on apprécie et de  le faire en  pensant déjà à ce qu'ils veulent faire plus tard car moi je me suis toujours dit que j’avais encore le temps alors qu’au final ça vient vite »Heureusement pour lui, Romuald a toujours eu les bons contacts au bon moment. Et il a su saisir les opportunités quand elles se présentaient. « Sinon, j’aurai pu finir complètement autrement. »


Adeline Nourisson

 

Publié par Adeline Nourisson

Dernière mise à jour le 18 juin 2014


Recherche d'un article


Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - TSA 71117 - 86073 POITIERS Cedex 9 - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50 - webmaster@univ-poitiers.fr