Portrait de Sylvie Rebière Pouyade

Réseau des diplomés

« Le droit est toujours ce qui m’a aidé. C’est structurant, on sait analyser, faire un plan et rédiger »

Crédit Photo Mme Rebière Pouyade

Crédit Photo Mme Rebière Pouyade

A la sortie du bac, Sylvie a un souhait, celui d’être avocate. C’est donc naturellement qu’elle se dirige vers les bancs de la fac de droit. Avec la pratique, elle se rend alors rapidement compte que ce qui l’intéresse le plus, ce n’est pas le droit privé, mais bien le droit public. Une fois sa licence terminée, elle choisit donc de faire une maîtrise de droit public qu’elle poursuivra par un DESS en droit de la construction. Sylvie sait déjà qu’elle veut travailler à l’aménagement du territoire, sur les problématiques de la ville, dans une collectivité locale. Au cours de son DESS, elle réalise son stage à l’Atelier Municipal d’Urbanisme d’Angoulême. Ce stage se déroule de janvier à mai et alterne 3 jours de stage avec deux jours de cours. Cette mise en pratique lui plait, ceci étant, à la sortie de son DESS, elle hésite entre faire un DEA en histoire du droit ou rejoindre le monde du travail tout de suite. L’envie de travailler est plus forte. Et cela tombe bien, car à ce moment-là, en 1989, les collectivités territoriales commençaient juste à « vivre » la décentralisation, il y avait donc beaucoup à faire et encore peu de juristes spécialisés dans ces domaines. Les jeunes diplômés comme Sylvie sont donc arrivés à un moment propice car leur diplôme leurs a donné le choix. Sylvie fera celui de travailler dans une ville de l’Est, en Champagne-Ardenne où elle est recrutée pour être la directrice de l’urbanisme. «  Il y avait tout à faire. C’est un service qu’il fallait monter de A à Z. Le plan d’occupation  des sols était à réviser dans sa totalité, il fallait aussi terminer le remembrement mais également travailler au réaménagement de la ville, au développement social des quartiers etc.. ». A cela s’ajoute le poste de chef de projet pour le développement urbain et la qualité de la vie soit «  travailler sur des opérations visant à réduire l’insalubrité, améliorer l’aménagement et œuvrer au réaménagement de la ville, mettre en place de nouveaux équipements, mettre en place une maison de la justice et de la vie… ». Finalement, 5 ans plus tard, soit en 1995, Sylvie décide de postuler au poste de chef de projet de la Politique de la Ville proposée sur l’agglomération bayonnaise. «  Ce métier m’intéressait particulièrement car il s’agissait de mettre en place les démarches de développement social urbain. Ce qui m’intéresse plus précisément, c’est qu’il s’agit d’une politique participative. On s’intéresse à tous les sujets (éducation, emploi, santé, culture, lien social, citoyenneté….) et on construit un projet de développement au bénéfice des territoires qui sont les plus en difficulté. Il s’agit alors de construire avec les partenaires, des projets qui permettront de développer les territoires concernés. Cette politique prend du sens parce qu’elle implique la participation des habitant et des usagers »
Par la suite,  Sylvie devient directrice du GIP DSU (Groupement d'Intérêt Public – Développement Social Urbain) en 2001. A la Politique de la Ville  s’ajoute la mise en place du Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi, de la maison de l’emploi de l’agglomération bayonnaise (jusqu’en 2008) et une mission ESS (Economie Sociale et Solidaire) et d’innovation sociale depuis 2011. Ce parcours révèle l’investissement de Sylvie dans les projets auxquels elle croit pour les habitants de sa ville. On comprend aussi pourquoi Sylvie s’est vue remettre la décoration de chevalier de l’Ordre National du Mérite au mois de juin dernier.
Pour compléter ce tableau, elle est aussi depuis 2007, présidente de l’IRDSU, association nationale des Professionnels de la Politique de la Ville qui regroupe 18 réseaux régionaux et 170 collectivités territoriales.
Afin de toujours rester « à la pointe », Sylvie continue de se former. C’est ainsi qu’au-delà des formations réalisées par exemple à l’École Nationale des Ponts et Chaussées, en 2011, elle suit une formation en management publique à « Sciences Po Bordeaux». « Ce qui est bien avec cette formation, c’est qu’elle s’applique également au management de projets». Passionnée par les réseaux sociaux et les NTIC elle s’investit  et se forme aussi particulièrement sur tous les nouveaux outils de communication.
Pour terminer voici le conseil de Sylvie à ceux qui seraient intéressés pour travailler comme chef de projet de la Politique de la Ville: « Lors de la mise en œuvre de toute politique publique, le plus important est de faire attention à l’humain  car c’est lui qui la vit au quotidien. »

Adeline Nourisson

Publié par Adeline Nourisson

Dernière mise à jour le 18 juin 2014


Recherche d'un article


Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - TSA 71117 - 86073 POITIERS Cedex 9 - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50 - webmaster@univ-poitiers.fr