Portrait de Sebastien Aufort

Réseau des diplomés

« Saisir l’Université comme une chance d’émancipation personnelle »

Credit Photo S. Aufort

Credit Photo S. Aufort

A l’aube de passer son Bac S, Sébastien s’interroge. En effet, il s’intéresse tant à l’informatique qu’à la philosophie où aux langues étrangères. Cela rend son choix d’orientation difficile. Après avoir échangé avec son conseiller, il suit ses conseils et opte pour la filière scientifique. C’est ainsi qu’il entame un Deug MIAS en 2000. A cette même époque, il entend parler de l’UNEF, prend contact et décide de rejoindre le syndicat étudiant. Il faut dire que Sébastien a toujours été engagé. Dès la primaire, il était délégué de classe. Au collège et au lycée, il faisait en sorte que la voie des élèves soit entendue. De secrétaire, il devient vite Président de l‘UNEF mais aussi Vice-Président Etudiant de l’Université de Poitiers. Très investi à côté de ses études, il réalise son parcours un peu plus lentement qu’il l’aurait souhaité. Mais surtout, il se désintéresse des mathématiques et de la physique universitaires. Pour lui, le parcours entamé manque de transdisciplinarité. Il décide donc de se réorienter et assiste à des portes ouvertes de l’ICOMTEC. La formation lui plait, il se lance et poursuit jusqu’au M2 en Intelligence économique et communication stratégique qu’il obtient en 2007. Sébastien jongle entre ses études, ses jobs, ses stages et son engagement politique et associatif. Il garde un bon souvenir de cette période et surtout de ses stages à la CCI, à la Région, au Pôle des éco industries ou dans une PME. En effet, au-delà de l’immersion dans la structure, Sébastien a été satisfait de voir que ces stages se sont tous convertis en CDD de 3 à 6 mois en vue de terminer la mission entreprise. Ainsi, il a pu aller au bout des projets et développer son réseau. D’ailleurs, un peu avant d’entamer son M2, Catherine Coutelle le contacte et lui demande de rejoindre son comité de campagne. Il accepte. Elue députée, elle propose à Sébastien de devenir son attaché parlementaire. C’est ainsi qu’un mois avant la fin de son stage et son M2, Sébastien a son poste. « Pour moi le bilan est positif : j’ai eu un Master, un boulot un mois avant la fin du master et en plus c’est un CDI »
Sébastien restera à ce poste les 7 années qui suivent. Sa fonction lui a permis de développer des compétences très variées. En effet, « j’ai été à la fois conseiller, intermédiaire, médiateur, représentant, j’ai aussi été amené à développer et étoffer les liens avec les élus, les entreprises, les associations, les services de l’état, les ministères… j’ai fait un travail de réseautage, de relationnel, de communicant, œuvré au niveau des relations presse, des réseaux sociaux, de l’évènementiel, suivi des dossiers locaux individuels et collectifs, etc...
Pendant les 5 premières années, je me suis facilement laissé prendre au jeu du mandat. Ceci étant, à la fin de cette période, j’ai confié à Catherine Coutelle que j’aimerais bien voir autre chose et me rapprocher de ma formation initiale. Je me suis donc mis en veille mais sans pour autant me mettre la pression. Mon employeuse a donc pu anticiper mon départ en recrutant début 2013. Ayant trouvé mon emploi un an plus tard, cela a permis de réaliser un an de passation avec mes futurs remplaçants. »

Sébastien nous confie bien volontiers qu’il a beaucoup aimé travailler avec la parlementaire ; leur complicité dans le travail, la liberté d’action et la créativité que cela lui a permis de déployer ont rendu cette expérience très riche. « Depuis quelques semaines, j’occupe un poste de responsable de la communication et des relations extérieures à la direction d’ERDF Poitou-Charentes. Cette nouvelle fonction est un peu à la frontière de la fonction publique et de la politique au sein d’une grosse entreprise. Moi, je suis passé de manager d’une petite équipe à un élément d’une grande boutique de 800 salariés en région. Les compétences demandées à ce poste sont assez transverses, il s’agit toujours de promouvoir les projets de l’entreprise et de développer les liens avec ses principaux interlocuteurs. Un nouveau défi. »
Le conseil de Sébastien est : « de saisir l’Université comme une chance d’émancipation personnelle car finalement, même si on y rentre dans un but précis, tout l’intérêt est d’exploiter les opportunités et bifurcations qui nous y sont proposées. »

Adeline Nourisson


Publié par Adeline Nourisson

Dernière mise à jour le 26 juin 2014


Recherche d'un article


Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - TSA 71117 - 86073 POITIERS Cedex 9 - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50 - webmaster@univ-poitiers.fr