Portrait de Simon Labranche

Réseau des diplomés

« Le stage, un choix déterminant pour son avenir professionnel»

Simon Labranche

Simon Labranche

Simon est un compétiteur. C’est ainsi qu’il se qualifie. Il aime le challenge. C’est son moteur. Par conséquent, lorsqu’il s’est posé la question de choisir un  métier, il savait qu’il lui fallait un poste où il serait évalué selon ses performances. Son choix s’est donc dirigé vers la profession de commercial pour la grande distribution. Comment en est il arrivé là ? Voici son histoire :

Lorsque Simon passe son bac ES, il sait déjà qu’il veut travailler dans le commerce «  au sens large du terme ». A cette fin, il passe les portes de l’IUT pour intégrer le DUT technique de commercialisation que propose Angers. « Ca a été une période très positive pour moi. Ce fut mes premiers pas dans le monde du travail. J’ai d’abord fait mon stage de première année au service commercial de l’entreprise Bodet (chronomètres). Puis, en deuxième année, j’ai occupé un poste de chef de rayon junior chez Géant. Ce dernier stage m’a détourné  du distributeur mais pas du métier de commercial pour les marques. Au contraire, mon choix semblait s’affiner dans ce sens. Ceci étant, je voulais me spécialiser car, à cette période, je ne me sentais pas encore assez mûr pour me lancer dans le monde du travail. » Il décide alors de rejoindre les bancs de la fac d’AES en Licence  (L3). « Mais là, c’est la douche froide. J’ai choisi ce cursus parce que je voulais me spécialiser .Or, je remarque que les cours sont très généraux. Pourtant, je persiste et continue en maitrise (M1) ». Il constate que la fac ne lui offre pas le cadre auquel il s’était habitué à l’IUT. Mais avec le recul, Simon s’aperçoit que ces deux années ont été un nécessaire complément à celles d’IUT. A la fin de sa maitrise, Simon entreprend un stage chez France Telecom. Il a alors la confirmation qu’il veut bien être commercial. Mais n’oublions pas qu’au départ, Simon voulait se spécialiser. Il passe donc le concours d’entrée de 5 ou 6 DES (M2). Malheureusement, il n’était pas assez préparé. « C’est à ce moment là que l’armée me rappelle à son bon souvenir. Je décide alors de profiter de cette période pour bien préparer mes concours. C’est ainsi que je passe celui qui permet d’accéder au DES proposé par l’IAE de Poitiers et que je suis retenu. Je voulais une spécialisation et je n’ai pas été déçu. Les 6 premiers mois de la formation étaient consacrés aux cours. Etant dispensés par des professionnels, l’enseignement était très intéressant et concret. La formation se concluait par la réalisation d’un stage. J’ai trouvé cette année très satisfaisante. Ce, qu’il s’agisse de l’enseignement, des projets à rendre ou du stage. » Cette année a terminé de conforter Simon dans son choix de devenir commercial dans la grande distribution. C’est pourquoi, le choix de son stage devait être fait de manière très stratégique. Il postule alors chez Marketing scan. L’expérience lui plait énormément. Du coup, dès que l’année est achevée, il cherche un poste de chef de secteur. Il le trouve chez BN. Dés le début, Simon « s’éclate ». C’est exactement ce qu’il cherchait. Au bout de 3 ans, une certaine routine s’installe. Il décide donc d’en parler avec son supérieur lors de son EPI. BN étant très à l’écoute de ses chefs de secteur, ils décident des moyens à mettre en œuvre pour que Simon continue à trouver de l’intérêt à son poste. C’est ainsi que chaque année, lors de son EPI, ils cherchent ensemble une nouvelle compétence à acquérir au cours de l’année à venir. «  BN sait mettre en valeur ses chefs de secteurs. C’est gratifiant. C’est comme cela que je me suis mis à me charger d’une centrale, que j’ai été tuteur de chef de secteur de ma zone, que je me suis chargé des relations entre la marque et la restauration hors foyers. Etc.. » Simon restera à ce poste pendant 9 ans. « Ceci étant, j’avais envie de continuer à évoluer. Cela n’étant pas possible chez BN,  je n’ai eu d’autres choix que de postuler dans des structures qui pourraient m’apporter ce que je cherche. Mais après 9 ans dans la même boite, il a fallut que je remette le pied à l’étrier. J’ai donc passé différents entretiens pour me préparer  et pour être prêt lorsque le poste de mes rêves se présenterait. ». Informé d’un poste chez Marketing Scan, Simon  recontacte son ancien maître de stage. L’entretien tant attendu a bien lieu, mais plus sous le signe de l’échange et de la discussion compte tenu de mon passif chez Marketingscan. Dernier entretien avec le directeur général qui se passe également très bien. Cela fait, aujourd’hui, 3 ans qu’il occupe le poste de responsable de zone. Ce qui lui a plu c’est que tout était à faire : constituer l’équipe, la former, installer des partenariats avec les magasins de la zone etc… Un an ½ plus tard, la structure atteint la maturité. Dans l’avenir, Simon souhaite évoluer au sein de la structure vers un poste de direction.
Son conseil : « il faut murir le choix de son stage très tôt car il aura un impact sur notre parcours professionnel. C’est ce qui montre aux recruteurs notre détermination à réussir dans telle activité et valide la cohérence de notre parcours. »

Adeline Nourisson

Publié par Adeline Nourisson

Dernière mise à jour le 18 juin 2014


Recherche d'un article


Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - TSA 71117 - 86073 POITIERS Cedex 9 - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50 - webmaster@univ-poitiers.fr