Portrait de Melina Solari

Réseau des diplomés

« Erasmus Mundus : Une expérience d’une grande richesse»

Crédit Photo Melina Solari

Crédit Photo Melina Solari

Melina est née au Pérou et a grandi au Mexique. Après un court passage à la faculté d’architecture, elle intègre une formation de graphisme en lien avec la communication sociale et obtient une licence. Parallèlement, elle travaille dans une entreprise où « le graphisme était utilisé pour mieux communiquer dans des domaines comme l’éducation, la culture, l’environnement et le développement local ». A la suite d’une rencontre avec une entreprise qui développait des logiciels éducatifs, elle commence à s’intéresser à ce domaine et décide même de trouver une formation. La jeune femme se met à élargir ses recherches hors du Mexique et tombe sur l’appel à candidatures pour les bourses du consortium EUROMIME (Master Européen en Ingénierie des médias pour l’éducation). C’est sa première rencontre avec le département IME. « A partir de là, tout s’enchaine. Lors d’un voyage à Madrid en 2005, j’ai l’occasion de rencontrer Jean-François Cerisier, responsable de ce Master. Nos discussions finissent de me convaincre dans mon choix. Je candidate à la formation et me retrouve quelques mois plus tard étudiante à Poitiers. Nous sommes en septembre 2006. Après un an à Poitiers, je pars six mois à Lisbonne puis six à Madrid». Melina qualifie cette expérience de très importante dans son parcours. « J’ai beaucoup appris par le contenu des enseignements dispensés mais aussi humainement. La diversité des nationalités présentes dans ce Master a permis de découvrir des cultures, d’échanger et de gérer nos différences. C’est un apprentissage de fond car c’est une période où il nous a fallu évoluer avec les notions qui nous viennent de chacune de nos cultures, les différents modèles éducatifs, les préjugés, etc. Cette expérience a été d’une grande richesse. On en ressort grandi et avec une nouvelle famille. »
Une fois diplômée, Melina rentre au Mexique. Six mois après, elle est contactée pour travailler au laboratoire IRMA comme ingénieure d’études. Ayant bien aimé le travail de recherche réalisé au cours de son cursus, elle décide de revenir en France. « J’ai participé à la mise en place d’un dispositif de formation en compétences TICE pour les enseignants. C’était une recherche en collaboration avec trois universités du Chili, trois du Brésil et une du Pérou. » Une fois sa mission terminée, elle rentre au Mexique et trouve une mission à l’Institut National d’éducation pour les adultes (INEA). Son travail consiste à mettre en place un dispositif d’éducation à distance pour les migrants mexicains aux Etats-Unis, illettrés ou n’ayant pas fini l’éducation primaire. Le projet arrive à son terme 8 mois après avoir commencé. Elle parvient à rebondir facilement puisqu’elle retrouve un poste de chef de projet. Ici, il lui est demandé de faire la gestion d’une équipe de développeurs pour la création de deux applications pour un dispositif collaboratif très innovant à l’Université autonome nationale du Mexique (UNAM). Après une année à l’UNAM elle s’est installée comme indépendante. Alors qu’elle se demandait si elle devait continuer comme indépendante, elle reçoit un appel à candidatures pour faire une thèse à l’Université de Poitiers. « J’ai donc répondu à cet appel en proposant un projet qui a été retenu. C’est ainsi que je reviens à Poitiers comme doctorante au Laboratoire Techné ».  Melina est ravie car comme elle le dit elle-même « cela me permet d’avoir le temps d’approfondir sur des sujets qui m’intéressaient depuis longtemps ». A l’issue de sa thèse, elle aimerait continuer à œuvrer dans la recherche. Melina conclut en disant que « nous n’avons rien à perdre et tout à gagner à multiplier les expériences. Certes, partir à l’étranger nous contraint à nous éloigner de notre famille et du pays mais finalement c’est aussi une nouvelle famille que l’on rencontre et que l’on construit. Et pour que l’expérience soit réussie, il faut le faire avec l’esprit ouvert et ne pas s’économiser quant aux remises en questions que cette aventure engendre. Au bout du compte, nous sommes les seuls responsables de ce que l’on fait de cette expérience alors autant l’exploiter à fond. »



Adeline Nourisson


Publié par Adeline Nourisson

Dernière mise à jour le 29 septembre 2014


Recherche d'un article


Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - TSA 71117 - 86073 POITIERS Cedex 9 - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50 - webmaster@univ-poitiers.fr